Ce site utilise des cookies pour vous permettre de vous connecter à votre compte et à des fins de mesure d’audience. Nous ne conservons aucune information privée identifiable vous concernant sur nos cookies. Nous ne diffusons pas de publicité ciblée. (en savoir plus)
MENU

Compétences de l'ingénieur : «Les critères de recrutement vont changer»

Date: 18-05-2018

Article paru dans Arts & Métiers Mag, Mai 2018
Lien vers l'article au format pdf

S'appuyant sur la révolution numérique, l'usine du futur est composée d'équipements connectés dans lesquels le suivi et l'analyse de données permettent d'améliorer les performances industrielles. Quelles conséquences ce changement d'environnement a-t-il sur les compétences que les recruteurs attendent de l'ingénieur maintenance ?
Témoignage de Miroslav LUKIC , fondateur et gérant du site Emploi-MaintenanceIndustrielle.com.

Miroslav LUKIC : Evolution des compétences de l'ingénieur maintenance dans l'usine 4.0

« Je partirai d'un constat. Je n'ai pas noté sur les cinq dernières années de véritable changement dans la rédaction des annonces pour les profils d'ingénieurs maintenance. Les compétences demandées restent assez classiques. Est-ce à dire que l'usine 4.0 n'impacte pas les compétences recherchées par les recruteurs ? Pas si simple… »

« Pour avoir échangé avec un certain nombre de clients, responsables RH et dirigeants d'entreprise, l'explication réside dans le fait qu'à l'heure actuelle, même si l'usine 4.0 est sous les feux de l'actualité, peu nombreux sont encore les sites industriels fonctionnant complètement sur ce modèle. Mais les investissements sont en cours et l'évolution des compétences, une préoccupation bien réelle des recruteurs industriels.

 
«L'ingénieur sera le garant d'une vision globale»

«Avec la numérisation et sa capacité à rendre disponibles plus de données est apparu le métier de data-scientiste. Cet expert des chiffres, des statistiques et de la programmation informatique a pour mission de traiter les données pour en extraire des informations aidant à la prise de décision. Le travail de reporting" effectué à ce jour par l'ingénieur sera ainsi grandement facilité. En revanche, on attendra de lui d'être plus que jamais le garant de la vision globale du système: les recruteurs valoriseront fortement cette capacité à cartographier, comprendre et optimiser l'organisation en fonction de données toujours plus précises et détaillées.

«En lien avec ce premier point, les recruteurs attendront également de l'ingénieur qu'en plus des compétences classiques (mécanique, électrique, hydraulique, pneumatique), il soit à l'aise avec l'utilisation de logiciels et possède des bases en programmation pour pouvoir échanger avec les informaticiens et data-scientistes et participer au développement dapplications sur mesure.

«Avec la numérisation, le travail de l'équipe maintenance va également radicalement évoluer. Tous les équipements seront connectés : des capteurs branchés sur les machines reliées directement au réseau permettront de recueillir des données en masse et en temps réel. Les GMAO(1) permettront un traitement simplifié de ces données. Pour le technicien : plus d'analyse, plus d'anticipation et de planification... et, logiquement, moins d'interventions correctives. La maintenance passera d'une maintenance préventive et corrective à d'avantage de maintenance prévisionnelle (2). C'est un véritable bond technologique et culturel qui attend les équipes en place ! Chacun, jeune ou moins jeune, devra s'adapter à ces nouveaux outils. On attendra donc de l'ingénieur une capacité à former, expliquer et accompagner à la prise de main de ces nouvelles méthodes de travail.

«Enfin, comme c'est déjà le cas aujourd'hui, la capacité d'adaptation de l'ingénieur sera valorisée : il sera amené à gérer des équipes qui interviendront parfois sur du matériel flambant neuf mais également sur des équipements anciens.>>


(1) Gestion et maintenance assistée par ordinateur.
(2) D'autres auteurs désignent cette nouvelle maintenance de prédictive ou conditionnelle.



Miroslav LUKIC : «Les recruteurs valoriseront fortement cette capacité à cartographier, comprendre et optimiser l'organisation en fonction de données toujours plus précises et détaillées.»

Propos recueillis pas la rédaction


Compétence de l'ingénieur maintenance : Les critères de recrutement vont changer

Voir tous les articles